Lombok – Kuta, des rencontres authentiques.

Dimanche 1 octobre

Premier « gros » déménagement, nous bouclons tous les sacs. Jonas : « Maman, c’était bien ici ! Pourquoi est-ce qu’on part déjà ? » « Maman ! Linda (la masseuse) va me manquer ! » ajoute Lily. Nous ne savons pas si ce sera une habitude à prendre ou si c’est parce que Jonas et Lily s’attachent aussi facilement aux personnes, mais nous essayons de les rassurer en leurs expliquant qu’ils vont rencontrer encore bien d’autres personnes aussi gentilles durant le voyage.

Notre vol pour Lombok est à 16h30 à l’aéroport Denpasar. Rappelez-vous la circulation balinaise ! Nous avions demandé à notre chauffeur de Padang Padang 😉 de nous y emmener. On avance avec lui l’heure du départ par sécurité.

« Domestic departure ! » c’est notre premier vol interne en Indonésie. J’ai lu dans le « Lonely » qu’ici ils prennent l’avion un peu comme nous le train. A part l’avion, il est vrai que se déplacer d’île en île est un vrai casse-tête (ce qui nous vaudra d’ailleurs un changement dans notre feuille de route). On peut aussi faire ces transferts en bateau mais c’est long, très long… et il y a beaucoup de changement.

img_3150

18h – Nous arrivons à l’aéroport Praya sur Lombok. « Les sacs nous ont-ils bien suivi ?! » Toujours la même inquiétude pour moi. On a rendez-vous pour le transfert jusqu’à Kuta au Sud. Dehors, toujours le même spectacle « Taxi ! Taxi ! Where do you go ? No It’s ok ! » Avec Ludo nous cherchons notre chauffeur… Personne ! Nous apprenons en appelant l’hôtel que le chauffeur n’a pas attendu, notre vol avait du retard.

 

« Dany » sera notre « chauffeur de secours » ce soir, une demi-heure plus tard nous arrivons à Kuta. Changement de décor ! Le trajet jusqu’à Kuta nous montre une autre « Indonésie », plus populaire, « more natural » dit Dany. C’est plus ce qu’on cherche ça tombe bien.

Nous avons trouvé un hébergement au « Surfer in Bungalow » face à la plage de Kuta, « Lonely » dit d’elle qu’elle est superbe ; il fait déjà nuit et nous ne la découvrirons que demain. L’hébergement est tenu par des jeunes plutôt accueillants. Ils adorent les enfants, Jonas et Lily s’en feront des copains. 

 

Ici nous y resterons jusqu’au 4 octobre, le 5 c’est l’anniversaire de Jonas et nous devons partir au nord de Lombok sur une petite île paradisiaque !

Pour l’heure ce soir, nous allons chercher où remplir nos estomacs 😉 Nous sortons de l’hôtel et même de nuit la plage fait rêver… Lily et Jonas distingue au loin des flammes qui tournoient, nous nous en approchons. Quelques jeunes sont là autour d’un feu et s’amusent avec un bout de bois enflammé à chaque extrémité, c’est beau à voir ! Un des jeunes maîtrise bien, un jeune garçon (qui doit avoir l’âge de Jonas) mime les gestes et essaie ; il fait tourner le bout de bois, le lance et part en courant… On rigole.

Les enfants se sont installés par terre avec eux. Nous en profitons nous aussi « 2 Bintangs please ! » Quelques bars de plage en bambou sont ici et là ; nous apprendrons par la suite que les autorités les font démonter régulièrement, mais eux aussi sont perspicaces 🙂

Lundi 2 octobre

Nouvelle chambre, nouveau petit déjeuner ! Lily : « Maman, tatie Caro elle serait contente ici, il y a des œufs au petit déjeuner ! » Mais lequel choisir ?!! Boiled egg, scramble egg, fried egg or omelett ?  « Demande à papa ! »

Il est dit que le littoral du sud de Lombok est splendide. Et bien c’est vrai ! Imaginez une baie en arc de cercle avec une eau turquoise et une immense étendue de sable blanc. Des baies de la sorte, il y en a une dizaine. En fond, des collines, une végétation très dense de bananiers et des champs de tabac.

La plage de Kuta est de celles où l’on pourrait y passer volontiers toute la durée d’un séjour. Première baignade « du jour ! » pour les enfants, 1ère noix de coco pour maman ! Jonas observe attentivement le jeune qui ouvre la noix de coco à côté de nous. « Ca a le goût de quoi Maman ?! Goûte, tu verras ! » Jonas n’est pas rassuré « une prochaine fois peut-être 😉 ! 

Au programme cet après-midi, escapade sur la côte orientale. Ludo nous loue 2 scooters, un tout neuf rouge et blanc et un autre plus ancien ; Lily se jette sur le rouge et blanc « Maman tu y as pris goût hein ?! Vas y avoue ! » Ce n’est pas encore bien le cas ! Le scooter reste ici le seul moyen pour découvrir librement. Nouveau regard craintif du loueur dans ma direction, en me voyant manœuvrer, il m’en propose un de suite plus ancien… c’est bon ça va aller !

Nous partons en direction de Pantai Segar à 2kms à l’est de Kuta (je ne sais plus si je vous l’ai dit mais « Pantai » ici, cela veut dire « plage »). Une barrière de fortune nous barre le chemin, c’est un péage ! 10 000 RP par scooter. En fait, c’est le parking 😊

Nous passons un promontoire à pied et nous arrivons à une magnifique plage (oui je sais ;  les plages sont toujours magnifiques je ne le fais pas exprès !) Les enfants n’attendent qu’une chose, c’est se baigner mais non pas ici ! Plutôt spot de surf que baignade, la plage nous offre toutefois un très beau spectacle vivant. En observant le rivage, nous rencontrons quelques oursins, des crabes et des étoiles de mer ! 

 

Nous reprenons notre escapade, la route se dégrade progressivement, Ludo bifurque sur la droite et prend un petit chemin, il doit avoir un GPS « special beach » intégré 😊 Le chemin devient sablonneux, oui la plage n’est sûrement pas loin mais ça ne me fait pas rire… « On voit la mer Maman ! » Ouf nous y sommes ! Enfin non pas encore… On ne peut toujours pas se baigner.

img_3224

Demi-tour « Chéri, laisse tomber ton GPS…Fais plutôt confiance aux panneaux ! » Une quinzaine de minutes plus tard, nous y sommes ! Tanjung Ann : une spectaculaire baie en forme de fer à cheval avec deux arches de sable fin ; quelques palmiers, des warungs pour manger et boire. « Maman !!! C’est ici qu’on s’arrête ! » Oui c’est certain. Lily se baignera même avec quelques adolescents.

Nous rentrons avant la tombée de la nuit, je ne me sens pas encore prête pour conduire de nuit 😉

Arrivés à l’hôtel, nous réfléchissons au programme du lendemain.

Ici, dans la région au Sud de Lombok, c’est la culture Sasak qui domine. C’est une ethnie traditionnelle, musulmane avec son dialecte. Curieux, nous décidons de nous rendre dans un de ces villages traditionnels. Ce matin même sur la plage, nous avons rencontré Miia, une vendeuse de sarong (un tissu traditionnel tissé à la main), elle vit dans la colline à côté du village de Sade ; elle nous a proposé de la retrouver le lendemain matin sur place pour nous faire visiter « Because you can’t if no guide ! » Effectivement, à l’entrée du village le lendemain, nous serons assaillis par une quantité de proposition pour nous emmener dans le village !

Mardi 3 octobre

Levé matinal – Breakfast (aux œufs ! Toujours une pensée vers Tatie Caro 😉) – Scooter…

Je commence à m’y faire, le loueur sourit même ! Nous avons environ 20 min de route jusqu’au village d’après ce que nous avons vu la veille. Sur la route, toujours les mêmes sourires, les mêmes « Hello ! ». Nous avions lu sur quelques blogs de famille Globe Trotter avant de partir que voyager avec des enfants donne un autre regard, il n’y a pas que de ça ici ; l’Asie est profondément accueillante. 10 ans déjà auparavant, nous en avions fait l’expérience avec Ludo et cela n’a pas changé.

Ludo s’arrête, je le suis, « Why ? » Ohh !! Ma première école Indonésienne 😊 

Des enfants jouent dans la cour, certains plus curieux que d’autres s’approchent, Lily sourit, Jonas est plus sur la défensive (dès fois que papa et maman lui jouent un sale coup et qu’ils les laissent pour la journée ici !)

 Nous n’osons pas rentrer alors nous restons là un petit moment à les observer jusqu’à ce qu’Adul vienne à notre rencontre « Hello ! How are you ? » Toujours cette même gentillesse. Ludo lui explique que je suis moi-même une maîtresse en France. Il nous propose de rentrer dans la cour, puis jusqu’à sa classe. Des élèves travaillent, il a une classe 5 nous explique-t-il. Nous échangeons sur l’organisation de l’école ici. L’école primaire commence à 7 ans, avant c’est la garderie.

Elle dure 5 ans ; ensuite les élèves partent au collège (j’ai oublié son nom) pour 4 ans et ils poursuivent en « Senior » pour 4 ans encore avant « University ». L’école c’est du lundi au samedi inclus (6jours/semaine) de 8h à 13h. « Trop de la chance maman ! crie Lily. Ils finissent l’école à 13h ! » Oui ma chérie mais 6 jours par semaine « Ahh ! » Les apprentissages sont rythmés, toutes les 30 minutes ils changent de domaine (maths, sciences, langue…).

Jonas et Lily les observent, ne disent plus rien. Y a-t-il un peu de vague à l’âme… ? Ils parlent souvent de leurs copains et leurs copines. Lily me dira plus tard qu’elle aurait bien aimé rester un peu avec eux, peut-être une proche fois ailleurs. 

Adul nous raccompagne et nous demande où nous logeons. « Kuta ! It’s so nice ! I work in Kuta this night at the Friendly Warung ! » Mais Adul tu travailles déjà ici la journée ! Nous apprenons qu’Adul a deux jobs… La journée il est enseignant et le soir il travaille dans un « Warung » sur Kuta. « More money » Adul a 2 enfants (7 et 10 ans) comme Lily et Jonas nous apprend-il et ses 2 jobs lui permettent de vivre un peu mieux avec sa famille. Nous le remercions pour son accueil et nous poursuivrons le soir cette discussion avec lui sur son autre lieu de travail 😊

Il est presque 10h et nous avions rendez-vous avec Miia, il est temps de repartir.

Nouvel arrêt de Ludo, encore une école ?! Ah non… c’est plus compliqué ; il a crevé ! Un monsieur s’approche avec son gros chargement de plastique sur le dos, on lui demande « Do you know where I can inflate my tyre ? »

Il l’accompagne. Je mets Jonas devant, Lily derrière moi sur le scooter (en mode vraiment Balinaise !) et nous le retrouvons dans un petit local au bord de la route. C’est la chambre à air. 50 000 roupie et quelques minutes plus tard, nous repartons pour notre village Sasak. Il est presque 11h quand nous arrivons. Nous cherchons Miia, pas de Miia… On se rabat sur un fameux guide. Il a une bonne tête 😉

Nous découvrons nos premières « bale tani » ces maisons familiales en bambou et dont le sol est fait à base de boue séchée mêlée de bouse de vache « Charmant ». Le guide nous fait entrer dans l’une d’elle, il fait terriblement chaud dehors, les enfants s’assoit un peu par terre jusqu’au moment où on leur traduit ; ils se lèvent aussitôt ! Nous rigolons !

Au sommet du village, la mosquée ; au détour des maisons, des jarres pour les ablutions.

Lily s’arrête devant une vieille femme qui tisse avec une machine un peu particulière « Elle fait quoi papa ?! » Le guide nous montre qu’elle file du coton. Il montre aux enfants la fleur de coton qu’elle frotte entre ses mains pour en faire des rouleaux. De ce rouleau, elle en fait une bobine grâce à sa machine « ancestrale », bobine qui servira à tisser des sarongs, des foulards, des vêtements quelques mètres plus loin… La vieille femme propose à Lily de continuer avec elle, nous les filmons sous l’œil attentif de Jonas.

« Maman, je comprends mieux pourquoi Miia les vendait si cher hier sur la plage les sarongs, c’est long et c’est dure à faire ! Et puis, ce n’est pas assez cher même ! » Le guide nous précise que pour fabriquer un sarong, il faut 1 mois à une femme en tissant tous les jours.

Nous arrivons devant une maison sur pilotis avec un toit beaucoup plus haut, c’est un grenier à riz. « Mais papa, comment ils font sortir le riz ?! demande Jonas » Un peu plus loin un bâton avec un bouclier, c’est un jeu traditionnel du village, Lily et Jonas nous font une démonstration. Le guide et les femmes du village rigolent.

img_3304-1

Nous finissons la visite, contents d’avoir découvert cette culture traditionnelle mais avec aussi un sentiment gênant ou plutôt partagé

Nous sommes bien conscient que les gens présents dans le vieux village traditionnel sont là pour les touristes, ils nous font penser à des figurants. Le guide nous explique qu’effectivement personne ne vit plus dans le village traditionnel.

Il est l’heure de rentrer.

Ce soir nous rejoignons Adul au « Friendly Warung ». Il sourit quand il nous voit ! « Oh I’m so happy to see you ! » Il s’occupe de faire griller le poisson à la demande des clients. Nous nous installons. A la fin du repas, Adul nous rejoint et nous poursuivons nos échanges. C’est dommage que nous partions déjà demain nous dit-il, il aurait aimé nous faire rencontrer sa famille, ses enfants, nous emmener aux cascades. Il est très proche avec Jonas « I’m your brother in Indonesia Jonas ! » Jonas « check » avec lui, quelques photos souvenirs, un échange WhatsApp et nous rentrons nous coucher la tête pleine de beaux échanges aujourd’hui.

 

Mercredi 4 octobre

Nous avons rendez-vous à 8h avec Dany, rappelez-vous notre sauveur le soir de notre arrivée à l’aéroport de Lombok. Il doit nous conduire au nord  de l’île. Nous prenons aujourd’hui un ferry pour l’île Gili Meno, destination paradisiaque d’après « Lonely » pour l’anniversaire de Jonas.

8h10 – Un taxi arrive mais ce n’est pas Dany… « Where is Dany ? Not Bryan 😊 » Son ami nous explique que Dany ne s’est pas levé et que c’est lui qui nous conduira. Nous avons 2 bonnes heures de route et le ferry à 11h il est temps de partir.

 

 

Une réflexion sur « Lombok – Kuta, des rencontres authentiques. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s