Chiang Mai, moins authentique mais toujours autant spirituelle.

Mercredi 25 janvier

« Chiang Mai, une excellente destination pour échapper au rythme frénétique de Bangkok… » Quand je lis cela je me dis « Woua… Mais comment sera Bangkok alors, que s’est-il passé depuis notre dernier voyage ici il y a dix ans…?!! »

Dès notre arrivée, je ne retrouve pas le Chiang Mai d’autrefois que nous avions connu ; ce flot de touristes dans les rues, des affiches de partout pour des activités en tout genre, des restaurants, des bars ; mais où est passé le Chiang Mai d’avant… ? Noï nous avait pourtant bien prévenu au Laos, « Chiang Mai is not the same, today I prefer Mae Hong Song, it’s better ! » nous avait-elle confié.

 

 

Bon vous l’aurez compris, on ne vient plus à Chiang Mai pour son authenticité comme peuvent encore le vanter certains guides ; on y vient pour une pause culinaire, pour se détendre en mode shopping, pour se faire masser ou… on y vient pour son histoire et ses temples. Les passionnés d’architectures religieuses thaïlandaises ne peuvent qu’être heureux ici, des wat anciens, plus récents, cachés ou plus connus sont disséminés dans les rues et les ruelles de la vieille ville. Préparez-vous… C’est dans ce bain d’histoire et de spiritualité que nous vous emmenons dans cet article.

 « On va devoir aller voir tous les temples de la ville avec ta promenade ? C’est ton guide qui dit ça ?!! Tu sais parfois il dit des erreurs ton guide… » Ca c’est Jonas qui tente sa chance… « Jonas, la vieille ville compte environ 350 temples… » Je n’ai pas le temps de finir que …  « Non mais maman, ton guide il ne dit pas qu’il faut tous les visiter !! » Je rigole de le voir. Tiens c’est bizarre Lily ne dit rien… « Non mais de toute façon on n’a pas le choix… » finit-elle par dire aussi.

C’est avec cette belle humeur en perspective que nous quittons notre appartement. Oui, je ne vous ai pas dit, une grande première, Ludo nous a trouvé un petit studio à l’extérieur de la vieille ville. C’est énorme comme sensation après 4 mois de se retrouver dans un « petit chez soi » avec une cuisine, un grand lit, un petit lit, des placards, une salle de bain, tout quoi comme dirait Lily et Jonas. Ils sont tellement heureux d’avoir leur cuisine que… « Maman, Papa, c’est nous quoi ferons la vaisselle tous les matins, c’est trop bien on a notre cuisine ! On va même pouvoir apprendre à cuire nos œufs pour le petit-déjeuner !! » … Combien de temps cela va-t-il tenir ?… La réponse dans le prochaine article 😊 !

 

Donc comme je le disais, c’est avec cette bonne humeur que nous prenons la direction de la vieille ville. Et comme le dit mon super guide Jonas 😉, il faut commencer la visite des temples de la vieille ville par le meilleur, le wat Phra Singh ; le plus grand, le plus visité et le plus vénéré de Chiang Mai, c’est vous dire !

Les pèlerins y affluent pour rendre hommage à la célèbre statue de Bouddha nommée Phra Singh (Bouddha Lion). On dit que cette idole aurait été rapporté du Sri Lanka. Ce Phra Singh fait l’objet d’une profonde vénération alors qu’on ne sait en réalité que peu de chose de cette statue. Chaque année pendant le Songkran – Nouvel An Bouddhique appelé également le festival des eaux – la statue est transportée dans toutes les rues de Chiang Mai dans une procession religieuse au cours de laquelle les spectateurs vénèrent la statue en l’éclaboussant. 

Quand on vient visiter le wat Phra Singh, c’est un ensemble de bâtiments que l’on peut découvrir, tous sont des représentations typiques de l’architecture Lanna, un toit très élevé soutenu par des colonnes rondes et des murs en briques décorés de peintures folkloriques.

Le Viharn Luang est le plus imposant, c’est ici, dans cette grande salle des prières que se trouve l’image vénérée de Bouddha par les moines. A l’intérieur, nous ressentons immédiatement cette ferveur, des fidèles en grand nombre prient et apportent des offrandes. Dans le fond de la salle trois moines méditent. « Ils sont vrais maman ? Tu crois que ce sont des vraies personnes ?!! » Jonas doute, s’approche, observe ; il s’éloigne, revient…  « Non mais maman, ils sont vrais ou pas ?!! » Les sculptures semblent tellement réelles qu’on pourrait s’y tromper. Pendant ce temps, Lily se promène, curieuse et joue à la photographe.

 

 

Le Viharn Luang n’est pas la seule attraction et surtout pas la principale ; juste à côté, le Viharn Lai Kham qui abrite le très vénéré Bouddha Phra Singh. Derrière la salle des prières, l’Ubosot, un lieu sacré où les moines se réunissent pour procéder aux ordinations et à certains rituels bouddhistes très importants. Ce petit bâtiment comprend deux entrées : une entrée au sud pour les moines et une autre au nord pour les religieuses.

« Oh regarde maman comme il est magnifique celui-là ! » me souffle Lily. « C’est le Bouddha d’Emeraude, le Bouddha le plus vénéré par les Thaïlandais, celui-ci c’est une copie, l’original se trouve à Bangkok, nous le verrons peut-être quand nous y irons ?! » Dans ce petit lieu sacré règne une sérénité, serait-ce cette lumière si douce ? Serait-ce ces trois moines en train de méditer ? « Sont-ils vrais ou pas ceux-là Jonas ?!! » 😊 Jonas en « perd son latin » !! « Non mais Maman, c’est énervant… On dirait qu’ils sont vrais mais c’est pas possible de ne pas bouger comme ça !! Regarde ses yeux ! » Je souris et finis par lui avouer que ce sont des statues.

 

Notre visite s’achève avec les petits jardins derrière les bâtiments, quelques moines sont assis à des tables échangeant avec les touristes sur leur vie, leur quotidien, le temple et la vie à Chiang Mai ; dans le jardin sont parsemés des petits chedi.

Mais c’est quoi un chedi ? Pour les bouddhistes, un chedi – appelé aussi stupa – est une construction d’un tour en forme conique ou pyramidale qui représente les préceptes bouddhistes à travers les éléments formant l’univers. Le chedi est composé de cinq paliers, du bas en haut y est représenté la terre, l’eau, le feu et le ciel ; le dernier palier étant l’espace qui ne peut exister sans les éléments précédents. Suis-je clair ?! Le cas contraire, une petite recherche internet s’impose 😉

Le chedi Kulai dans le fond du jardin se démarque de tous les autres, il est si impressionnant. Des pèlerins en font le tour dans le sens des aiguilles d’une montre en répétant leur prière. « On doit tourner combien de fois autour maman ? » … Aucune idée ! L’important, c’est que tu le fasses dans le sens des aiguilles d’une montre. A cet instant-là, j’imagine la tête des moines et des pèlerins en découvrant un Jonas courant dans le sens inverse autour du chedi … !

 

« Il était énorme ce temple maman, c’est comme si on en avait déjà fait quatre au moins ! » … Bien tenté Jonas 😉 « Nous allons en voir un autre maintenant plus petit mais tout aussi joli et dans le même style Lanna. Direction le wat Phan Tao !

 

P1060043

 

« Mais c’est quoi les Lanna maman ? » me demande Lily. La création du royaume Lanna date du 13ème siècle, on considère ce peuple comme le berceau de la culture et de l’art thaï. Avec les siècles la culture Lanna a été préservé, on la retrouve ainsi dans la musique, les danses, les textiles, la cuisine et la spiritualité. Certaines croyances traditionnelles et cérémonies comme le Festival Yipeng sont très importantes pour la population Thaï. Cette cérémonie marque le début de la moisson du riz à la fin de la saison pluvieuse au moment de la pleine lune entre novembre et décembre. Les maisons, les rues, les canaux et les fleuves de Chiang Mai sont alors entièrement décorés de lumières et de la lanternes fabriquées par les artisans Lanna. Les lampions s’élèvent dans le ciel et marquent la dévotion aux Dieux… « Comme ça doit être beau maman !! » me dit Lily. Oui j’imagine, il faudra revenir 😉

« Mais il est loin ton nouveau temple… ? Il faut encore marcher longtemps… ?! » Il va nous falloir user de subterfuges pour arriver au bout de cette visite ! Et le wat Phan Tao va nous y aider. C’est une merveille ! On dit que c’est sans contexte le plus beau wat de la vieille ville, nous sommes d’accord. 28 gigantesques piliers en tecks soutiennent la vaste salle de prière, l’intérieur en teck est magnifique. Autour, un parc où flottent des drapeaux orange. On dit qu’assister aux prières du soir quand les robes orange des moines se détachent de cette toile de fond sombre est une expérience extraordinaire… Je ne peux l’attester ; à l’heure où j’écris cet article, je n’ai pas encore pu y assister. Mais il est fort possible que j’y retourne un de ces soirs 😉

 

Là ce soir il est temps pour tout le monde de rentrer, la fatigue se fait sentir et la spiritualité des lieux ne fait plus effet, nous avons tous besoin de repos avant le « temple de maman avec toutes ses marches ! » comme dit Jonas. Demain, nous avons prévu de nous rendre au Doi Sutep, il y a dix ans, j’avais beaucoup été touché par les lieux, le serais-je à nouveau… ? Là pour l’heure il est temps de rejoindre « notre maison » comme disent Lily et Jonas pour se reposer 😊

 

Jeudi 26 janvier

On dit que l’esprit de la ville réside dans la montagne du Doi Suthep, « allons voir l’esprit de la ville alors ! » Au début de chaque année universitaire en juillet, tous les étudiants de première année de l’université de Chiang Mai effectuent un pèlerinage à pied jusqu’au Wat Phra That Doi Sutep afin de se présenter à l’esprit de la ville. Notre chauffeur de Grab de cette après-midi, lui c’est tous les jours qu’il s’y présente nous explique-t-il. « Jusqu’en haut en courant ?!! » lui demandais-je à nouveau, j’ai peut-être mal compris… Et bien non, Wong chausse bien ses baskets chaque jour après sa journée de travail et monte jusqu’en haut ! « How many times ? » me tentais-je de lui demander. « Only two hours, it’s ok ! »… « It’s ok for you not for me !! »

Quand nous arrivons au sommet, j’ai le même sentiment qu’avec la vieille ville de Chang Mai, l’endroit a trop changé, les échoppes ont poussé ici comme des champignons… Peu importe me dis-je, nous ne sommes pas là pour le shopping ! J’avais gardé un souvenir assez fort de ce temple et je tenais à y revenir. Le Wat Doi Suthep est considéré comme l’un des temples les plus sacrés du nord de la Thaïlande.

« Tu avais dit combien de marches pour arriver en haut ? » me demande Lily. « 300, 400, je ne sais plus trop … » … « Non mais maman réfléchis… Ce n’est pas pareil 300 ou 400 ! » Je sens que la bonne humeur de la veille ne nous a pas quitté… 😉

Pour être plus précise – cela fera plaisir à ma fille – on accède au wat par un interminable escalier de 306 marches. Jonas reconnaît tout de suite son serpent préféré depuis le début de notre aventure « Naga ! » Les marches en sont bordées. Naga est un être mythique, un serpent à sept têtes, qui aurait d’après ce qu’on en dit protégé Bouddha lors d’un violent orage.

 

 

« C’était pas si long finalement ces marches ! » nous avoue Lily arrivée en haut. On dit que l’ascension vise à aider les fidèles à accroître leur vertu bouddhiste ; peut-être qu’elle aide aussi à retrouver la bonne humeur 😊

D’en haut, nous avons une vue imprenable sur Chiang Mai « You are lucky today ! No cloudy » nous dit Wong.

P1060142

 

Wong nous conduit ensuite jusqu’à la terrasse intérieure où un chemin contourne le chedi doré qui renferme la relique, un fragment d’os qui aurait appartenu à l’épaule de Bouddha. Il règne ici une ferveur assez impressionnante, les pèlerins font la queue pour déposer des fleurs de lotus aux sanctuaires, déposer des offrandes devant une étonnante variétés de statues de Bouddha, recevoir une prière d’un moine, accrocher une cloche sacrée ou se livrer au jeu de son horoscope comme Jonas et Lily avec Wong 😊

 

Quand on les regarde faire, cela semble simple ; il suffit d’agiter un pot avec des morceaux de bambous, ni trop fort, ni trop doucement, l’idée c’est qu’un seul bâtonnet tombe de ce pot. Sur chaque bâtonnet un numéro, vous n’avez ensuite plus qu’à prendre le message attaché à votre numéro. Wong montre à Jonas et à Lily puis Jonas se lance…

 

«  Maman, le message il dit que je serai content toujours et encore ! » jubile Jonas. C’est génial ! Je souris car depuis hier nous avons reçu une réponse de « Mindfull Farm » pour notre demande de woofing, ils nous y attendent. Alors oui Jonas «  tu vas être content toujours et encore » ; nous aussi d’ailleurs, car nous partons vivre une expérience qui nous semble déjà à première vue unique… Et vous verrez à quel point…

 

Où dormir à Chiang Mai ?

  • Galae Thong Tower

22€ la nuit dans un studio pour 4 personnes

Situé à l’extérieur de la vieille ville, ces petits appartements permettent de pouvoir se retrouver un peu comme « chez soi ». Un grand lit double, un canapé convertible, cuisine, salle de bain et petit balcon. Propre et au calme. Le seul point négatif, c’est un peu éloigné du centre de la vieille ville. Il faut compter 80 Bath environ – 2€ –  la course en tuk-tuk pour y aller.

 

 

2 réflexions sur « Chiang Mai, moins authentique mais toujours autant spirituelle. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s