Du comté de Clare au Connemara, bienvenue dans l’Irlande profonde.

Irlande – jour 9 – de Doolin à Clifden

en Irlande

 

On se sent tout petit tout là-haut…

Les falaises de Moher sont le joyau du comté de Clare, c’est un peu comme Etretat en France mais avec des falaises noires, plus hautes et encore plus spectaculaires. J’aurai aimé pouvoir les découvrir avec une balade en mer mais le temps ne le permet pas ; des sentiers aménagés permettent de les approcher, les lieux sont encore extraordinairement sauvages malgré l’affluence des touristes. Des milliers d’oiseaux nichent au creux des falaises, le spectacle est saisissant.

« Regarde les gens comme ils sont minuscule maman là-bas ! » Certaines falaises atteignent 214 m alors oui on peut se sentir petit… C’est sacrément impressionnant, sur 8 km s’étend ce front de mer à pic, on ne peut qu’être rêveur devant une telle beauté de la nature.

 

 

« On dirait qu’on va rentrer dans la terre ! » me dit Lily quand on passe la porte du Visitor’s Centre ; le bâtiment se font effectivement parfaitement dans le paysage telle une grotte troglodyte.

A l’intérieur, c’est une très belle exposition sur l’océanographie et la géologie des falaises qui nous en apprend mieux sur les lieux mais le « must » sera le « 4D CInémax », un point de vue inédit des Cliffs of Moher en réalité virtuelle !! Tout comme Lily et Jonas, nous ne pouvons résister à revivre l’expérience une nouvelle fois, voyez par vous-même 😉

 

« Et Lily… Tu sais où nous dormons ce soir ?!! » … « Au lac du Connemara !!! » Dans Sheeper, c’est la fête, musique de Sardou en fond, tout le monde chante, une vraie ambiance de pub Irlandais !

Ce soir, c’est devant les Twelves Bells que nous mangeons, un décor unique, seuls au monde… Je n’ai rien à ajouter, les photographies parleront pour moi.

 

Irlande – jour 10 – de Clifden à Leenane

 

en Irlande

 

Terres brûlées, au vent, des landes de pierres…

 

Autour des lacs, c’est pour les vivants un peu d’enfer le Connemara… Des nuages noirs qui viennent du Nord colorent la terre, les lacs, les rivières, c’est le décor du Connemara….

 

Sardou ne nous a pas quitté depuis hier comme vous pouvez le constater 😉 On ne peut que vivre au mieux les paroles de sa chanson au milieu de cette beauté sauvage. Ici au Connemara, c’est toute la mythologie irlandaise qui y est rassemblée et on y trouve toute la culture et les coutumes gaéliques. Près de 80% des terres y sont incultivables, les landes ne sont que ressources de tourbes – un combustible local-  et terrain de jeu pour les moutons, le fameux BlackFace.

Le sol du Connemara est une éponge ; une superbe, sublime, étrange éponge mais une éponge ! Ou plus précisément un gruyère dont chaque trou est un piège, alors il faut choisir ses trous comme dit Lily 😉 Et ce matin, Lily a décidé de ramener de l’eau du lac du Connemara en France dans une petite fiole… « Jonas tu viens avec moi, on va chercher de l’eau jusqu’au lac ?! » Jonas doute… « C’est loin, il y a des trous et c’est tout trempé quand même ! »… Jonas ne doute pas trop longtemps, les voilà donc partis tous les deux à travers la lande, un petit bâton à la main en file indienne. Au loin, nous les guettons pendant que nous débarrassons et rangeons Sheeper avant de partir. La magie d’un film.

 

La vie doit être vraiment rude ici. C’est magnifique mais le « un peu d’enfer le Connemara » de Sardou raisonne vraiment sur cette terre qui paraît avoir frappé toute forme de vie. J’apprends que c’est grâce à une économie semi-autarcique et à beaucoup de sacrifices que la population nombreuse arrive à survivre, à perpétuer sa langue et à affirmer son identité. Le légendaire Connemara…

 

Pour mieux comprendre cette vie ici de fermiers nous décidons de nous rendre à la ferme de Dan O’Hara à Clifden, une ferme du 19e siècle. Dan O’Hara c’était un pauvre fermier vivant de ses terres avec sa femme et ses sept enfants. La majorité de ses cultures c’étaient les pommes de terre comme tous les fermiers de l’époque d’ailleurs jusqu’à la Grande Famine de 1845. Petite minute histoire !

Entre 1845 et 1852, les Irlandais connurent une famine majeure, une véritable catastrophe pour les plus familles les plus pauvres. Pour subsister, les Irlandais pratiquaient essentiellement la culture de la pomme de terre, une tubercule nourrissante et qui nécessitait que peu d’espace pour être cultivé et nourrir une famille paysanne irlandaise qui était alors la majorité de la population. L’arrivée d’Europe du mildiou, un parasite, anéantit plus de 40% de la production locale et entraina une famine de grande ampleur. A cette époque, beaucoup de paysans n’étaient pas propriétaires de leur terre et devaient payer un loyer à un landlord, un propriétaire terrien. La perte de ces récoltes fut un désastre pour ces familles et causa près d’un million de victimes sans compter le départ conséquent de beaucoup d’émigrés vers le Nouveau Monde, la Grande-Bretagne et l’Australie.

Voilà pour la petite minute histoire 😉 Mais revenons à notre ferme…

« Mais elle est où la salle de bain ?! Et ils dormaient comment tous ici ?! Et la cuisine ?… » L’intérieur de la ferme est très sommaire, à l’image de la vie de l’époque. Lily et Jonas visitent et s’imaginent habiter ici mais « en changeant un peu la maison quand même ! » comme ils disent.

 

La ferme de Dan O’Hara reste une « ferme musée » et des fermes en activités il y en a encore beaucoup au Connemara. « Ils font quoi alors les fermiers maintenant ici ? » … « Regarde un peu autour de toi, d’après toi… ? » Des moutons de partout, dans les champs, au bord des lacs, sur la route, au détour de chaque virage des moutons par centaines, par milliers…

« Et si nous allions voir une ferme de moutons et aider le fermier au lamb feeding ? »… « Oh ouiiii !!! » crient Lily et Jonas en cœur… « mais c’est quoi ce truc ??… le lamb quoi ? » J’hésite à laisser planer le suspens… Mais je craque car je suis tout autant excitée qu’eux !Cette après-midi nous allons nourrir des agneaux au biberon 😊 Mais je n’en dirais pas plus sur le sujet car c’est Lily qui veut vous raconter cette touchante expérience.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s