Archives du mot-clé Lac Myvatn

Premiers kilomètres en Islande… Le nord comme terrain de jeu !

Mardi 24 avril

« The first time in Island ?… Yes the first time 😊 ! How many times do you travel in Island ? … 2 weeks ! … You are welcome in Island ! The weather is not very nice last days ; nail tire are very important, do you have ? … Echange de regards un brin inquiet entre Ludo et moi….

Ce fut ce bref échange avec cet islandais sur le ferry, seulement quelques minutes avant notre arrivée, qui nous mit comme un doute quant à notre préparation pour cette aventure « grand froid » !

J’avais pourtant bien en tête les températures encore hivernales sur cette fin avril, j’avais aussi bien en tête notre confort « couchage » avec le chauffage de Sheeper et nos duvets -5degrés ; mais à aucun moment je n’ai imaginé des routes glacées et enneigées !! Ludo non plus d’ailleurs… C’est seulement quelques minutes avant de descendre pour débarquer qu’il se décide à troquer ses tongs contre des baskets.

Nous voilà, nous y sommes ; après 3 jours en Mer du Nord, nous accostons à Seydisfjordur. Il est 9h, nous sommes le 24 avril et nous ne reviendrons ici, dans ce même fjord seul port d’arrivée en Islande, que dans 15 jours pour repartir.

Welcome Island !! … Mais sans les pneus cloutés, ni neige, ni chaînes… Que l’aventure commence 😉

 

 

 

Jour 1 – Islande

De Seydisfjordur à Reykjahlid

« Papa, regarde comme c’est trop beau !! C’est tout blanc de partout ! La neige, on a de la neige ! » Lily et Jonas ne tiennent plus en place, ils n’ont pas vu de neige depuis 14 mois et c’est comme si c’était la découverte de toute une vie.

 

 

 

 

Aujourd’hui, je peux vous dire que cette aventure islandaise ne sera pas qu’une seule immersion dans les grands espaces du nord, ce sera aussi une très belle rencontre avec cette famille française. Autant vous les présenter tout de suite car nous ferons un joli bout de chemin ensemble et partagerons de vrais moments de rigolades aussi. Donc dans la famille, nous avons Sylvain, le papa, Céline, la maman et Emma et Ewan les enfants, tout droit arrivés des Alpes du Sud d’une jolie petite station de ski, ils sont là aussi pour deux semaines en famille avec leur van.

Premier passage de col pour sortir du fjord et rejoindre la ville d’Egilsstadir… ça passe ! Ludo est soulagé, nous n’aurons pas besoin de nous faire tracter ce matin 😉 L’islandais sur le ferry nous avait laissé entendre que certains touristes restaient bloqués parfois une semaine dans le fjord à l’arrivée car pas suffisamment équipés, faut croire que nous avions de la chance aujourd’hui, la route était suffisamment dégagée.

Eggilstadir – une petite heure d’arrêt – premières courses « je crois qu’il faut des gants pour les enfants… » ; premier retrait d’argent « montre nous papa comment ils sont les billets d’ici ! » – Lily et Jonas adorent observer les nouveaux billets et les pièces à l’entrée de chaque pays ; premières recherches au centre d’information « quel est le meilleur site pour voir des baleines ? »

11h – Nous prenons la direction du nord par la route 1, la route principale qui fait le tour de l’île. Mais avant, autant vous préciser tout de suite les sites importants à connaître en venant en Islande :

www.road.is

LE site à regarder chaque jour avant de choisir une direction en Islande ! Ce site informe des conditions de route sur l’île (ouvertes, attention pas top ou carrément fermées) alors autant le consulter, c’est plus raisonnable… Mais cela nous l’apprendrons très vite durant notre aventure 😉

www.vedur.is

Celui-ci autant vous dire qu’il est tout aussi important que le premier, voire peut-être PLUS ! Parce que toi qui voyage ici en Islande, avec la météo tu apprendras à jongler ! Et tout cela se passe en quelques minutes, que dis-je en quelques secondes parfois 😊 On peut passer du grand bleu au tout blanc – je parle du ciel ! – d’un froid sec à la tempête de neige et du grand soleil à une pluie torrentielle. Alors toi Oh grand voyageur vedur.is tu suivras 😉

www.campingcard.is

Le petit dernier, c’est le site des campings en Islande, aussi très utile ; mais surtout quand on vient en Islande de juin à septembre ! Avant, cela se complique 😉 Je m’explique : en Islande, on peut séjourner pendant 28 nuits dans les campings référencés sur ce site pour l’achat d’une carte famille à 149€ (carte valable pour une famille jusqu’à trois enfants) Cette carte s’achète dans les offices de tourisme, les postes et quelques supermarchés. Génial comme système ai-je tout de suite pensé en trouvant l’information sur un blog. Oui, génial sur le principe sauf quand on vient en Islande en avril ! Nous sommes encore en basse saison et la majorité des campings sont encore fermés… Alors Oh toi grand voyageur qui voyageras pendant les beaux jours, pense à ta campingcard ! 😉

 

Premiers kilomètres dans une immensité que nous n’avions pas imaginée… Notre route vers le nord se ponctue de « Ohhh, Ouahhh, Waouuuu… » Nous en avons déjà plein les yeux. Tourné face au cercle polaire et à l’océan glacial Arctique, on dit que le Nord offre des paysages beaucoup plus plat que le reste du pays et accrochez-vous on dit aussi que c’est cette partie-là qui est le coin le plus ensoleillé du pays ! Une manière comme une autre de s’adapter en douceur au climat ai-je pensé en lisant cela mais nous n’avions pas encore vécu notre première soirée en Islande à ce moment-là…

 

 

Quand on vient visiter le Nord de l’Islande, il y a bien sûre des immanquables comme la petite ville d’Husavik, capitale européenne de l’observation des baleines, la péninsule de Vatnesnes où se trouve la plus grosse concentration de phoques, la grande chute de Dettifoss, simplement majestueuse et Le lac Myvatn ; il faudrait être fou pour ne pas s’y arrêter et vibrer au grès de ces phénomènes volcaniques. Que de belles choses… Après huit mois passés sur les routes, nous avons vraiment le sentiment de pouvoir découvrir des paysages différents de ce que nous avons déjà vu. Nous en vibrons d’avance 😉

 

 

C’est en direction des cascades de Dettifoss que nous roulons aujourd’hui. On parle d’elles comme des plus puissantes chutes d’eau d’Europe. C’est par une piste que nous nous y rendons. Une piste… ? Mais ils n’ont pas de 4×4 !! Pas de panique, comme j’ai pu l’expliquer dans notre dernier article, dès que l’on sort de la route principale en Islande, la route 1, on roule sur des routes caillouteuses, de terre, avec des trous, des bosses, bref une piste 😊 Mais c’est normal ! Il convient juste de vérifier si la piste est bien ouverte (rappelez-vous sur le ste road.is) et si votre véhicule permet l’accès à cette piste.

La piste 864 qui mène aux chutes et l’une des plus usitées d’Islande, elle traverse un désert de pierre quasi lunaire. « Mais elles sont où ces cascades maman ?! On va devoir marcher ?? » Aïe… je crains un début de rébellion dans Sheeper… « D’après le guide, c’est une petite marche de… » Je n’ai pas le temps de finir que Lily et Jonas répondent « Non mais c’est trop cool on va marcher dans la neige !! » Je souris, je n’aurai pas besoin de négocier ce matin 😉

 

Le petit chemin qui surplombe les chutes permet de s’en approcher et d’en prendre plein les yeux, « non mais regarde papa comme elles sont immenses ! Regarde ça ! » Lily est impressionnée et je la comprends.

 

 

Premier jour, première découverte et déjà nous savons que l’Islande va nous en mettre plein les yeux… Ce soir nous avons décidé de nous arrêter à Reykjahlid pour y passer la nuit, d’après ce que nous avons vu le camping serait ouvert et bien situé pour explorer la région autour du Lac de Myvatn demain.

En route nous ne résistons pas à l’appel des fumées 😊 Au loin, une montagne jaunâtre couverte de de dépôts de soufre, à son pied, on se croirait aux portes de l’Enfer. Le panneau indique que nous sommes au site géothermique de Hverir. Ça fume, ça siffle, ça bouillonne… Les enfants n’en croient pas leurs yeux ! Nous non plus d’ailleurs.

 

 

 

 

C’est à notre arrivée au camping de Reykjahlid que nous sommes vite refroidis… D’abord par son prix, il convient tout de même de savoir que faire du « camping sauvage » en Islande c’est difficile voire impossible dans beaucoup d’endroit ; alors la solution c’est le camping tout court mais là aussi, « si toi Oh grand voyageur tu t’attends aux prix que tu connais des campings, et bien tu oublies ! Parce qu’ici tu es en Islande ! »

Petite aparté utile, une nuit en camping en Islande (sauf avec la campingcard dont je parlais tout à l’heure) coûte en moyenne 38€ pour deux adultes et deux enfants.

Donc voilà, premier refroidissement, le prix pour la nuit, le second c’est le prix pour la machine à laver qui fait bondir Ludo « 16€… !!! » ; puis nous nous installons… C’est sous cet abri de fortune avec des gants et des bonnets que nous comprendrons ce soir qu’on ne rigole pas avec les températures islandaises… Nous sommes le 24 avril et c’est par – 3 degrés que nous mangeons avant d’aller faire notre test grandeur nature de nos duvets ce soir 😊

 

Jour 2 – Islande

De Reykjahlid à Husavik

7h – Réveil glacial, je bénis le chauffage qui tourne dans Sheeper depuis une pette heure. C’est ainsi que nous fonctionnerons pendant ces deux semaines, nous chauffons le van le soir avant de nous coucher, l’arrêtons pendant la nuit et je le remets en route une heure avant le lever pour être un peu au chaud quand nous sortons des duvets.

Aujourd’hui c’est découverte d’un des lieux les plus visités d’Islande, la région du Lac Mivatn. Ce grand lac se dresse là au cœur d’un paysage alternant végétation et rien… décor austère et marqué par l’activité volcanique qu’a connue cette région ; des pâturages laissent la place aux coulées de lave, des cratères petits, grands, au loin, ici ; de partout ! Et au centre, ce Lac considéré comme le lieu de rassemblement de canards le plus important en Europe.

 

 

Ce matin, nous avons choisi de jouer les « Haroun Tazieff » en montant en haut du Hverfell, un volcan vieux de 2 500 ans sur la rive du lac. « C’est ce volcan là-bas qu’on va escalader ?! » questionne Lily, notre grande marcheuse 😉 Lily n’a pas du tout envie d’escalader quoique ce soit ce matin ! « Non mais il est énorme ! Il va nous falloir une journée pour arriver en haut ! » Sortez les cordes !! Je sens qu’il va falloir qu’on la hisse jusqu’en haut. Il nous faudra environ 30 minutes de montée, certes un peu raide, pour atteindre son sommet et pas une journée comme pouvez le penser notre grande marcheuse. D’en haut, le spectacle est magique, on a une vue sur le lac et tout ce qui l’entoure qui nous laisse sans mot.

 

 

 

 

« Si l’Islande c’est une île maman, ça veut dire qu’il y aura la mer tout autour et on pourra se baigner alors ?!! » s’était exclamé Jonas en route pour le Danemark il y a quelques jours, mais ça c’était avant qu’il voie la neige en arrivant. Mais en Islande, même pas peur… Neige ou pas, on se baigne !! … Welcome les bains naturels 😊

Tout comme les volcans, les geysers, les phoques et les cascades ; les sources chaudes font parties intégrantes des us et coutumes en Islande alors autant être au plus près des coutumes locales 😉

Ces bains aménagés autour des sources chaudes à Reykjahlid sont inspirés du Blue Lagoon à côté de Reykjavik mais on dit qu’ils sont bien moins chers et fréquentés que ces derniers. « On va se baigner, on va se baigner !! » chantent les enfants dans le van sur le chemin. On dirait bien que notre grande marcheuse est plus motivée que ce matin !

Deuxième jour en Islande et première expérience dans des bains naturels… Quel plaisir de se plonger dans une eau turquoise à 38 degrés quand il ne fait pas moins de 4 degrés dehors ! Au loin, le soleil décline tout doucement, autour de nous une immensité, c’est carrément magique 😊

 

 

Jour 3 – Islande

De Reykjahlid à Husavik

Doux réveil ce matin au camping de Husavik. Nous sommes arrivés hier soir dans ce camping à la sortie de la ville. Camping mi-ouvert, mi-fermé, personne là pour nous accueillir mais nous avons eu la chance d’y découvrir une pièce commune ouverte et chauffée et des sanitaires.

Depuis notre arrivée en Islande, nous poursuivons notre route avec notre jolie rencontre « french family » du ferry pour le plus grand bonheur des enfants. Lily, Emma, Jonas et Ewan passent leur temps à jouer entre eux, ils sont tellement contents.

 

Quand on vient à Husavik, ce n’est pas pour y visiter son église ou en tout cas pas que ! Husavik est réputée pour son rôle de capitale de l’observation des baleines en Europe. J’ai lu qu’on n’y a jamais chassé le cétacé ici et on dit même qu’y voir un petit rorqual ou une baleine à bosse tient presque du non-évènement ! Et bien nous l’espérons ce matin en nous dirigeant vers le port, nous croisons les doigts. Le risque de ne rien apercevoir est minime (même si cela arrive) puisque de nombreuses personnes affirment sur les sites avoir vu des baleines et parfois même quelques dauphins.

Ici, trois ou quatre compagnies se partagent la baie, il n’y a donc que l’embarras du choix ; il est 9h et nous prenons la direction du port pour choisir notre embarcation. C’est auprès de North Sailing Husavik que nous décidons de tenter notre chance, les commentaires sont plutôt bons et l’accueil nous emballe. « Couvrez-vous très chaudement ! » ai-je lu également sur des forums. C’est des couches et des couches que nous enfilons ce matin avant de monter sur le bateau ; à bord des combinaisons sont également fournis et nous ne faisons pas la fine bouche, « si elles sont là, c’est pour une bonne raison » pensais-je. 😉

 

 

Il est 9h30, le bateau quitte le port pour deux heures en mer ; « tu crois qu’on va en voir maman des baleines » m’interroge Lily. La pression est grande… « Une baleine, non mais tu te rends compte, une baleine quoi !! Imagine si on pouvait voir une baleine !! »

Oui la pression est grande… Et en même temps, avec une taille pouvant dépasser 30 m et un poids de 150 tonnes, la baleine bleue est bien le plus gros animal de la planète alors la pression peut être effectivement grande ce matin 😊 On dit aussi que sa langue peut peser autant qu’un (petit) éléphant et qu’à la naissance, le bébé baleineau pèse pas moins de 3 tonnes et il grossit quotidiennement de 90 kg, rien que ça !

Le guide sur le bateau nous annonce qu’il arrive parfois qu’on ne puisse rien observer durant une sortie, oui cela arrive mais c’est rare. Je vois le regard des enfants espérant déjà d’en discerner une au loin. La grande baleine bleue est nettement plus rare et s’observe surtout en juin précise-t-il ; aujourd’hui si nous avons de la chance nous pourrons voir des baleines à bosses, peut-être des petits rorquals et même des dauphins qui sait ?!

Le bateau s’engage dans la baie, il n’y a presque plus un bruit, tout le monde est aux aguets et… la magie opère…

 

 

 

 

« Non mais tu te rends compte papa, on a vu une baleine à bosse ! Elle était là à côté de nous ! Elle sortait et replongeait et elle ressortait ! Non mais tu as vu comme elle était immense ! » Lily et Jonas n’en peuvent plus, ils sont sur un petit nuage.

Il est 12h quand nous rentrons au port, des étoiles plein les yeux et des images que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

La visite au musée de la Baleine sur le port mérite également le détour, on pourrait penser « c’est bon nous en avons vu en vrai alors quel intérêt d’aller voir des squelettes ou des photos ? » Et bien détrompez-vous ! Ce musée permet d’en apprendre encore bien plus sur les baleines mais aussi sur les orques et les dauphins. Il convient de savoir que, malheureusement, la chasse à la baleine a repris en Islande depuis 2003, une salle dans le musée y est consacrée, d’autres interpellent le visiteur sur les menaces pesant sur les écosystèmes marins (déchets, rejets pétroliers, pollution sonore, pêche…), des vidéos sous-marines présentent cette merveilleuse vie sous l’eau, notre coup de cœur avec Lily et Jonas, c’est celle-ci d’un baleineau avec sa maman…

 

 

Voilà, vous l’aurez compris, quand nous fermons nos duvets ce soir, c’est avec un délicieux sourire sur les lèvres et des émotions plein la tête. Il est l’heure de se reposer maintenant. « Good night ! Enjoy your dream 😊 »

 

Baleines et compagnies ?

North Sailing Husavik :  https://www.northsailing.is/

240 euros l’excursion pour 4 personnes (90 € par adultes et 30€ par enfant)

Laquelle choisir ? C’est la question que l’on se pose tous je pense. Comme je le disais plus haut plusieurs compagnies organisent des excursions sur d’anciens bateaux de pêche aménagés ou en bateaux rapides. Nous avons choisi North Sailing avec laquelle nous avons été vraiment satisfait, bon accueil, un bon guide à bord avec des explications intéressantes et ludiques tout au long de la traversée alors pour nous ce sera North Sailing.

 

Jour 3 – Islande

De Husavik à Budardalur

« C’est quoi maman le programme de la journée ?! », ça c’est Jonas 😉 Et si nous allions voir des phoques aujourd’hui Jonas ?!… Jonas me regarde, Lily tente de deviner une blague… Non je ne plaisante pas, l’autre beauté cachée du nord c’est la péninsule de Vastnes.

On dit que faire le tour de la péninsule occupe quelques heures et nous comprenons tout de suite pourquoi. C’est d’une telle beauté ici que nous pourrions même y rester plusieurs jours !

 

 

Le ‘Routard’ conseille un premier arrêt à Hvitserkur, ici serait concentrée la plus grosse colonie de phoques en contrebas de l’auberge de jeunesse Osar. Nous descendons par un sentier, pas de phoques à l’horizon… Une grande lagune au loin avec des rochers qui ont une forme un peu bizarre… « Non mais regarde ! » me dit Céline « Ce ne sont pas des rochers, ce sont des phoques couchés sur le sable !! » Nous n’en croyons pas nos yeux. La lagune est plutôt éloignée et nous ne les discernons pas aussi bien que nous aimerions.

 

 

Nous poursuivons le long de la lagune jusqu’à un gros rocher volcanique, une arche qui semble émergée des flots. Le paysage est époustouflant. Au large, nous distinguons encore quelques phoques en mode pêche mais toujours au loin.

 

 

Un autre spot est répertorié sur le ‘Routard’ de l’autre côté de la péninsule au nord d’Hvammstangi ; nous tentons donc notre chance à llugastadir. Comme avec le premier, nous accédons au site par un sentier balisé. En chemin… « Tu savais Lily qu’on a plus de chance d’apercevoir des phoques quand il fait soleil ?! » … Lily me regarde et je vois dans son regard qu’elle se demande encore si je lui fais une blague… « Ou bien sûr maman, les phoques sortent de l’eau quand il fait soleil pour se bronzer peut-être ! » me répond-elle en souriant. Lily ne me croit pas et pourtant c’est la vérité ; les phoques adorent se dorer la pilule au soleil et cela Lily va vite le découvrir 😊

 

 

 

 

 

Ce soir quand nous quittons la péninsule de Vatnsnes, Lily et Jonas sont dans un état d’excitation sans commune mesure. Hier des baleines, aujourd’hui des phoques et « demain maman, on va voir quoi demain ?!! » questionnent-ils en chœur. « Des chevaux islandais ! » tente Lily, jolie tentative Lily mais non les chevaux ce n’est pas pour tout de suite. Depuis notre arrivée, nous les découvrons dans les champs autour de nous et je comprends mieux Lily quand elle avait tout de suite choisi l’Islande pendant la préparation de notre aventure il y a un an. « C’est en Islande que je voudrai aller maman, je veux aller voir les chevaux islandais » nous avait-elle confié. Ces chevaux semblent si affectueux, elle avait raison ; mais la balade à cheval ce n’est pas pour tout de suite…

DSC_3240

 

Demain direction la péninsule de … « Snaefellsnes », je n’arrive même pas à prononcer son nom 😊 😊 Bref, demain nous allons découvrir la péninsule d’à côté 😉

 

Où dormir ?

Dalakot Guesthouse à Budardalur ; www.dalakot.is

10 000 Kr la nuit, environ 80 €, la maison pour 6 personnes.

Après plusieurs tentatives sans suite auprès de camping fermés, trop ventés, pas très engageants, nous arrivons à Budardalur sur la côte ouest au nord de la péninsule de Snaeffellsnes. C’est sur booking que nous finissons par envisager une solution auquelle nous n’avions pas pensé, une maisonnette pour la nuit. Nous sommes toujours avec notre « french family » et cette maisonnette nous tend les bras 😊 Une douche chaud, une nuit sur un lit tout confort et un magnifique coucher de soleil en prime, quel bonheur !